la dérive

L’ufologie pour certain est au « point mort ». Il semble qu’elle se perde par d’étranges chemins.

Est-ce le triste état de nos sociétés, notre perception de ce qui se passe sur la terre, qui fait logiquement les humains inquiets ?

Parmi eux des ufologues, ou des personnes qui « gravitent » autour des mystères du phénomène OVNI.

Le 21-12-2012, n’a apporté que son lot banal de quotidiennetés. Alors que beaucoup espéraient « un changement ». (Nous ne discutons pas l’exactitude du calendrier).

Devant ce non-évènement, l’état pathogène de nos sociétés, il se crée une aspiration compréhensible à un « renouveau ».

Cette attente, cette aspiration influe sur l’ufologie.

De nombreux sites ou forums s’intéressent au retour de Nibiru (Par suite aux Annunakis)

Cette hypothèse porte des espoirs contradictoires, souvent exaltés.

De nombreux posts d’ufologues sont ponctués par des citations « new-âge », on ressort des prophéties plus ou moins vraies…

Cette dérive mène l’ufologie vers la seule possibilité de l’hypothèse extra-terrestre du phénomène OVNI.

Le salut de l’humanité ne peut venir que des lointains espaces de notre univers, Nibiru pour les uns, une intervention galactique pour les autres.
Tous postulent que notre Terre et ses habitants seraient liés à un processus rationnel quelconque.

Depuis 2.000 ans les humains sont « menés » par cette espérance du salut qui vient du ciel.

Et nos sociétés sont dans l’impasse.

La question qui me semble primordiale, maintenant est de se demander quelle est la différence entre l’antique rédemptionniste et cette attente du salut venant du ciel ???

Je n’en vois aucune.   

Le système de croyance conditionné par ceux que John Lash appelle les archontes trouve un renouveau dynamique.

L’espérance magique en un salut venant du ciel, rend l’individu malléable, et occulte ses facultés.

Tout se passe comme si le temps linéaire apportait un nouveau cycle inscrit dans un destin qui transcenderait l’humanité.

 Cette identification du salut de l’humanité à une intervention surhumaine porte un nom ; la foi. La foi avec ce qu’elle suppose de sourires aigres, d’espoirs bricolés, de chagrins ravalés…Est-ce cela l’ufologie ?

Ils(Les humains) seront grandement profanés et sombreront au nom de l’erreur et sous le pouvoir d’agents rusés et maléfiques et de dogmes divers, ils seront perversement subjugués” (Apocalypse de Pierre, VII, 3.74. Codex de Nag Hammadi).

 

Il existe une dérive sectaire dans l’ufologie actuelle.

Nous ne savons que peu de choses ; les OVNI existent, ils sont matériels, se comportent comme s’ils maîtrisaient une physique qui nous dépasse.

 Vraisemblablement, nous sommes manipulés. Les preuves qui pourraient exister sont quasi inexistantes, si ce ne sont des traces au sol. Traces que nous ne pouvons guère utiliser pour comprendre le phénomène OVNI.

 L’absence de certitudes crée un imaginaire.

Peut-être est ce là le but du phénomène, nous laisser dans une incertitude qui soit le terreau de croyances plus ou moins induites.

Publicités

Témoins oubliés

Il est des témoins d’observations d’OVNIs ou de RR3 qui ne sont jamais entendu.

Il est vrai que nous ne comprenons pas leur façon de s’exprimer.

Ces témoins sont les animaux de compagnie : Je ne connais pas de rapport d’observation, pour laquelle il serait rapporté l’attitude d’un chat, mais de nombreux  rapports signalent l’attitude des chiens avant, de voir, plutôt d’être en présence d’un OVNI, puis leur attitude durant l’observation.

Dans le livre de C : Bowen « the Humanoïds », décrit le cas d’Everett Clark de Dante (Tennessee), le 6/11/1957 à 6h30 le matin.

Son chien ainsi que d’autres se tenaient près de 4 humanoïdes ; deux hommes, deux femmes, semblables aux humains. A priori sans agressivité et plus ou moins curieux. Un chien a grogné lorsque les entités ont voulu l’attraper, un autre s’est éloigné, lors d’une même tentative d’un autre humanoïdes.

La plupart des rapports signalent une attitude de méfiance et « d’agressivité potentielle » lorsque les chiens sont confrontés à la présence d’un ovni.

Ce même jour du 06/11/1957 mais à Everittstown, dans le New Jersey, le témoin se trouva en présence d’humanoïdes haut de 90 centimètre qui voulaient emporter son chien. En colère, il les menaça. Ils partirent.

Il n’est pas mentionner que le chien a eut une attitude agressive, ou méfiante.

Il est à remarquer que le même jour un témoin se nomme Everitt,  et le second témoignage se passe à Everitt-stown.

Le témoignage de R.C. (Gard, France) qui a déclaré que ses chiens grognaient pour sortir de la maison, une fois dehors ils ont été trouvé les étrangers, joyeux de les rencontrer.

Dans ce récit trouvé sur le site de B.Booth, les chiens ont une conduite anormale.

http://ufos.about.com/od/currentuforeports/a/floridapoliceman.htm

Sur la base de données de B.Booth ; nous trouvons de nombreux témoignages qui mentionnent l’attitude  des chiens. Dans le cas suivant, le chien veut attaquer un OVNI, puis s’arrête hurle à la mort. Dans les jours qui suivent, il dépérit, puis est retrouvé mort, à l’endroit ou il s’était arrêté pour hurler.

http://ufos.about.com/od/march2013/a/Uruguay-Physical-Trace-Case.htm

Dans l’étrange cas du 10/11/2005 a Porto Rico, le chien semble avoir été « anesthésié » par les petites entités.

Il est aussi des témoignages qui rapportent que les chiens perçoivent la présence d’un OVNI avant que l’humain le voit.

Dans le cas suivant, le chien perçoit une présence, et le témoin un jeune garçon ne voit rien.

http://ufos.about.com/od/ufos2012feb/a/New-York-Encounter-2008.htm

Dans le cas de Mac Guire (N.J.) en 1983, les 2  chiens du témoin ont « senti » la présence de l’OVNI avant que le témoin ne l’observe plusieurs minutes plus tard. Mais ils ont eu une attitude étrange, le témoin dit qu’ils ont réagit comme s’ils ne comprenaient pas ce qui se passait.

 

Les attitudes des chiens le plus souvent sont des attitudes « normales » ; grogner pour indiquer un danger possible, puis se mettre en situation de se défendre ; les poils hérissés, mais rapidement vient une attitude de repli.

Comme si les animaux percevaient la présence intruse, puis que celle-ci par une sorte de « volonté » neutralisait l’animal en lui faisant peur.

Il est à remarquer, dans certains cas, que le chien peut avoir comme les humains des séquelles physiques, soif, nausées, besoin de dormir, ….

A la fin de son livre ; Passeport pour Magonia, J.Vallée   cite plusieurs témoignage impliquant des chiens.

Le 1/10/1954, un homme vivant à Bry (59), et son chien ont été paralysés par un objet lumineux blanc qui a plongé vers eux puis s’est élevé.

Le 04/10/1954 à Chaleix (24), un cultivateur voit se poser un objet de la taille d’une  charrette. L’objet posé dans le champ, le témoin voit une porte s’ouvrir deux individus de type humains vêtus de kaki s’approchent de lui. Il ne comprend pas ce que disent ces deux entités, qui caressent le chien accompagnant le cultivateur, puis s’en vont rapidement.

Le 15/10/1954, près de Perpignan (66), un homme âgé de 54 ans se promenait avec ses chiens. Une sphère lumineuse, rouge atterrit à 30 mètres de lui. Un « scaphandrier », en est sorti, il a fait le tour de l’engin, remonta à bord. L’engin a décollé. Durant ce temps, les chiens ont aboyés.

Le 17/10/1954, un homme de 65 ans vivant à Cabasson dans le Var, vit à 40 mètres de lui un objet gris de 4 mètres de long et de 1 mètre de haut. Au sommet de l’engin un dôme dans lequel le témoin observa deux silhouettes. Le témoin s’est enfuit, le chien qui l’accompagnait a couru vers l’engin, mais il a rapidement battu en retraite, avançant avec difficultés comme partiellement paralysé