Permanences des lieux d’observation.

Il y a quelques mois, Philippe m’a fait parvenir un petit ouvrage rédigé par Claude Rifat. (Décédé à ce jour)

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t10930-ovni-une-etude-rationnelle-par-claude-rifat#ixzz2mif5Daji

Je ne partage pas toutes les analyses, ni les propositions de ce chercheur, cependant en relisant certains passages de cette étude, je me suis intéressé aux lieux d’observations d’OVNIs, qu’il suppose être des lieux de « manœuvres », de travaux réalisés sciemment par l’intelligence qui dirige les OVNIs.

 Cette proposition est novatrice, pourtant négligée.

J’ai pris les tableaux du site http://baseovnifrance.free.fr/ pour les départements que je connais le mieux. (Gard, Hérault, Ardèche)

Les observations d’OVNIs et principalement les atterrissages, les observations d’entités (En supposant que ces observations d’humanoïdes impliquent un atterrissage à proximité du lieu de leur rencontre), se font pour ces 3 départements de 62 à 64% dans des espaces géographiques proches les uns des autres.

Je ne me suis pas intéressé aux dates mais aux lieux.

Dans les départements de l’Hérault, du Gard, de l’Ardèche, les lieux d’observations sont « regroupés » en des zones de 10 à 15 Km2.

Les dates n’ont pas été prises en considération, uniquement le lieu. Sachant que les enquêteurs, les rapporteurs de ces observations ne connaissent pas parfaitement le découpage géographique des cantons, des départements français. Certaines observations faites dans un département sont limitrophes de quelques dizaines de mètres d’un autre.

Pour d’autres, la trop grande précision fait qu’un hameau est nommé, et qu’il se trouve à quelques hectomètres d’une ville plus connues, plus facilement repérable sur une carte.

 Il apparait que 38 à 36% des atterrissages, et des observations  semblent « distribués » de façon aléatoire, loin d’un « groupement ». Mais le sont-ils vraiment ?

Il y a ce pourcentage non négligeable de 62 à64 % d’observations, qui se situent sur des périmètres restreints, je n’envisage pas du tout qu’il puisse s’agir de vortex, du genre « Stargate ».

 En prenant  quelques autres départements, le pourcentage est plus élevé, pour d’autre, comme le Finistère  quasi inexistant.

Si dans le temps les OVNIs se posent, sont observés, en des endroits extrêmement proches, je rejoins l’hypothèse de Claude Rifat ; ces lieux sont peut-être des « chantiers » que les intelligences qui pilotent les OVNIs poursuivent dans le temps.

 Cette hypothèse implique, aussi que l’on peut observer un OVNI en un lieu et qu’il n’est pas vu à  quelques encablures. Cela signifierait que l’ »engin » se matérialise le temps de son « travail » et disparait ensuite. Durant son passage, son apparition, il ferait l’œuvre ; partie du chantier,  pour laquelle il est présent. Lire la suite

Publicités

Les voisins d’ailleurs

Le site http://ufologie.patrickgross.org/ce3/indexf.htm propose un catalogue de faits étranges, fortéens.

Dans celui ci plusieurs amis dans la « foulée » de J.Vallée offre plusieurs récits intéressant pour ceux qui pensent que l’approche du phénomène OVNI est aussi une approche d’un phénomène d’une dimension différente à la notre.

Voici un court extrait et l’adresse du site de P. Gross

W. Y. EVANS-WENTZ:

 

Le folkloriste avait noté dans un de ses livres sur les mythes des fées et farfadets:

D’un autre de mes camarades étudiants à Oxford, un Irlandais natif du comté de Kerry, je dois la preuve suivante…

« Quelques semaines avant Noël 1910, à minuit dans une nuit très sombre, moi et un autre jeune homme (qui comme moi avait alors environ vingt trois ans) étions à cheval sur notre chemin vers la maison à Limerick. Quand nous sommes arrivés près de Listowel, nous avons remarqué une lumière à environ un demi mile en avant. D’abord, cela nous a semblé pouvoir n’être rien de plus que la lumière dans quelque maison; mais pendant que nous nous rapprochions d’elle et qu’elle sortait de notre ligne de vision, nous avons vu qu’elle se déplaçait de haut en bas, en avant et en arrière, diminuant jusqu’à la taille d’une étincelle, augmentant ensuite en une flamme lumineuse jaune. »

« Avant que nous soyons arrivés à Listowel, nous avons remarqué deux lumières, à environ cent mètres vers notre droite, ressemblant à la lumière vue en premier. Soudainement, chacune de ces lumières a augmenté dans la même sorte de flamme lumineuse jaune, d’environ six pieds de haut par quatre pieds de large. Au milieu de chaque flamme, nous avons vu un être rayonnant ayant une forme humaine. A ce moment les lumières se sont déplacées l’une vers l’autre et sont entrées en contact, sur quoi nous avons vu les deux êtres qui étaient dedans marcher côte à côte. Les corps de ces êtres étaient constitués par un rayonnement pur purement lumineux, blanc comme la lumière du soleil, et beaucoup plus lumineux que la lumière ou le halo jaune les entourant. C’était tellement brillant, comme un halo, autour de leurs têtes, que nous ne pourrions pas distinguer les visages des êtres; nous pouvions seulement distinguer la forme générale de leurs corps; bien que le contour de leurs têtes aient été très clairement évident à cause de ce halo brillant, ce qui était la lumière la plus lumineuse sur eux, a semblé rayonner depuis ou reposer sur la tête de chacun d’eux. »

« Pendant que nous nous déplacions, une maison a été interposée entre nous et les lumières, et nous n’avons plus rien vu d’elles. C’était la première fois que nous avions jamais vu de tels phénomènes, et dans notre hâte d’arriver à la maison nous n’avons pas été assez sages pour nous arrêter et faire davantage d’examen. Mais depuis cette nuit, j’ai fréquemment vu, en Irlande et en Angleterre, des lumières semblables avec des êtres spirituels dedans. » (Cf. pp. 60 ff., 77, 133, 155, 215, 483.)

http://ufologie.patrickgross.org/ce3/indexf.htm