Permanences des lieux d’observation.

Il y a quelques mois, Philippe m’a fait parvenir un petit ouvrage rédigé par Claude Rifat. (Décédé à ce jour)

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t10930-ovni-une-etude-rationnelle-par-claude-rifat#ixzz2mif5Daji

Je ne partage pas toutes les analyses, ni les propositions de ce chercheur, cependant en relisant certains passages de cette étude, je me suis intéressé aux lieux d’observations d’OVNIs, qu’il suppose être des lieux de « manœuvres », de travaux réalisés sciemment par l’intelligence qui dirige les OVNIs.

 Cette proposition est novatrice, pourtant négligée.

J’ai pris les tableaux du site http://baseovnifrance.free.fr/ pour les départements que je connais le mieux. (Gard, Hérault, Ardèche)

Les observations d’OVNIs et principalement les atterrissages, les observations d’entités (En supposant que ces observations d’humanoïdes impliquent un atterrissage à proximité du lieu de leur rencontre), se font pour ces 3 départements de 62 à 64% dans des espaces géographiques proches les uns des autres.

Je ne me suis pas intéressé aux dates mais aux lieux.

Dans les départements de l’Hérault, du Gard, de l’Ardèche, les lieux d’observations sont « regroupés » en des zones de 10 à 15 Km2.

Les dates n’ont pas été prises en considération, uniquement le lieu. Sachant que les enquêteurs, les rapporteurs de ces observations ne connaissent pas parfaitement le découpage géographique des cantons, des départements français. Certaines observations faites dans un département sont limitrophes de quelques dizaines de mètres d’un autre.

Pour d’autres, la trop grande précision fait qu’un hameau est nommé, et qu’il se trouve à quelques hectomètres d’une ville plus connues, plus facilement repérable sur une carte.

 Il apparait que 38 à 36% des atterrissages, et des observations  semblent « distribués » de façon aléatoire, loin d’un « groupement ». Mais le sont-ils vraiment ?

Il y a ce pourcentage non négligeable de 62 à64 % d’observations, qui se situent sur des périmètres restreints, je n’envisage pas du tout qu’il puisse s’agir de vortex, du genre « Stargate ».

 En prenant  quelques autres départements, le pourcentage est plus élevé, pour d’autre, comme le Finistère  quasi inexistant.

Si dans le temps les OVNIs se posent, sont observés, en des endroits extrêmement proches, je rejoins l’hypothèse de Claude Rifat ; ces lieux sont peut-être des « chantiers » que les intelligences qui pilotent les OVNIs poursuivent dans le temps.

 Cette hypothèse implique, aussi que l’on peut observer un OVNI en un lieu et qu’il n’est pas vu à  quelques encablures. Cela signifierait que l’ »engin » se matérialise le temps de son « travail » et disparait ensuite. Durant son passage, son apparition, il ferait l’œuvre ; partie du chantier,  pour laquelle il est présent. Lire la suite

la dérive

L’ufologie pour certain est au « point mort ». Il semble qu’elle se perde par d’étranges chemins.

Est-ce le triste état de nos sociétés, notre perception de ce qui se passe sur la terre, qui fait logiquement les humains inquiets ?

Parmi eux des ufologues, ou des personnes qui « gravitent » autour des mystères du phénomène OVNI.

Le 21-12-2012, n’a apporté que son lot banal de quotidiennetés. Alors que beaucoup espéraient « un changement ». (Nous ne discutons pas l’exactitude du calendrier).

Devant ce non-évènement, l’état pathogène de nos sociétés, il se crée une aspiration compréhensible à un « renouveau ».

Cette attente, cette aspiration influe sur l’ufologie.

De nombreux sites ou forums s’intéressent au retour de Nibiru (Par suite aux Annunakis)

Cette hypothèse porte des espoirs contradictoires, souvent exaltés.

De nombreux posts d’ufologues sont ponctués par des citations « new-âge », on ressort des prophéties plus ou moins vraies…

Cette dérive mène l’ufologie vers la seule possibilité de l’hypothèse extra-terrestre du phénomène OVNI.

Le salut de l’humanité ne peut venir que des lointains espaces de notre univers, Nibiru pour les uns, une intervention galactique pour les autres.
Tous postulent que notre Terre et ses habitants seraient liés à un processus rationnel quelconque.

Depuis 2.000 ans les humains sont « menés » par cette espérance du salut qui vient du ciel.

Et nos sociétés sont dans l’impasse.

La question qui me semble primordiale, maintenant est de se demander quelle est la différence entre l’antique rédemptionniste et cette attente du salut venant du ciel ???

Je n’en vois aucune.   

Le système de croyance conditionné par ceux que John Lash appelle les archontes trouve un renouveau dynamique.

L’espérance magique en un salut venant du ciel, rend l’individu malléable, et occulte ses facultés.

Tout se passe comme si le temps linéaire apportait un nouveau cycle inscrit dans un destin qui transcenderait l’humanité.

 Cette identification du salut de l’humanité à une intervention surhumaine porte un nom ; la foi. La foi avec ce qu’elle suppose de sourires aigres, d’espoirs bricolés, de chagrins ravalés…Est-ce cela l’ufologie ?

Ils(Les humains) seront grandement profanés et sombreront au nom de l’erreur et sous le pouvoir d’agents rusés et maléfiques et de dogmes divers, ils seront perversement subjugués” (Apocalypse de Pierre, VII, 3.74. Codex de Nag Hammadi).

 

Il existe une dérive sectaire dans l’ufologie actuelle.

Nous ne savons que peu de choses ; les OVNI existent, ils sont matériels, se comportent comme s’ils maîtrisaient une physique qui nous dépasse.

 Vraisemblablement, nous sommes manipulés. Les preuves qui pourraient exister sont quasi inexistantes, si ce ne sont des traces au sol. Traces que nous ne pouvons guère utiliser pour comprendre le phénomène OVNI.

 L’absence de certitudes crée un imaginaire.

Peut-être est ce là le but du phénomène, nous laisser dans une incertitude qui soit le terreau de croyances plus ou moins induites.

Epitome of High Strangeness

                                   Texte rédigé par A.S. ROSALES  sous le titre ;

                         Epitome of High Strangeness

Parmi les milliers d’observations d’OVNi enregistrés aux quatre coins du monde, certains se distinguent particulièrement des autres par leurs natures étranges, soit du fait de l’action de l’OVNi, soit de l’attitude ou de l’apparence de ses occupants.

 Ces rapports sont rares, rapportés de divers endroits de la terre, ils sont si bizarres qu’ils restent dans une sorte de fichier « X-files » de différents groupes d’ufologues et sont peu connus du grand public.

 

Je voudrais rapportés quelques uns de ces cas étranges, parfois absurdes qui ne sont pas connus même au sein de la communauté ufologique.

La plupart sinon la totalité sont des cas de rencontres du 3ième ou du 4ième type.

Parmi les cas qui méritent l’étiquette de « haute étrangeté », ceux dont les témoins rapportent la collaboration de deux ou plusieurs « ufonautes » dans un but que nous ne comprenons.

1/ Le premier cas se passe en France, pas durant la vague de 1954 mais en 1973.

Entre Mairieux et Maubeuge, Nord, le 26 novembre 1973, vers 01H00 (13H ?), un homme et une femme qui avaient garé leur automobile sur la route entre Canourge et Mairieux, ont observé, posé, à 100 mètres,  sur un champ enneigé un objet métallique  en forme de demi sphère d’un diamètre de 50 mètres. Une ouverture sombre est apparue sur le flanc visible de l’engin et six êtres en sont sortis. Les trois premiers étaient des humanoïdes d’un mètre vingt de haut, ils avaient de grosses têtes, des yeux globuleux dont les témoins ont observé le blanc, de simples trous en guise de narine, une bouche étroite, les joues rebondies et de longs bras. Ils étaient vêtus d’un ensemble métallisé fait d’une seule pièce. Chacun portait une boite noire de 6 pouces (15 Cm) sur le côté de laquelle une « tige » supportait un écran rond et lumineux. Ils marchaient lentement, à petits pas raides, se déployant en éventail comme s’ils cherchaient quelque chose. Peu à peu ils s’approchèrent à 50 mètres des témoins,

Derrière eux, plus près de l’objet se tenaient deux entités de 2,20 mètres de haut, le teint clair, de longs cheveux qui tombaient sur leurs épaules, ils étaient vêtus pareillement d’un ensemble fait d’une pièce de couleur métallisée.

Près de l’ouverture de l’engin se tenait une créature corpulente, balançant, les bras, poilues comme un ours ou un grand singe.

 Après dix minutes, les petits êtres approchant de la voiture, la femme prit peur, entra dans l’auto et claqua la porte. L’homme toujours debout a vu la grande créature velue rentrer dans l’objet, de même les deux humanoïdes, les trois petits êtres ont courus vers l’entrée de la demi sphère, de façon si rapide qu’ils semblaient « voler » au dessus du sol.

 L’ouverture s’est fermée, l’engin métallique est devenu brillant avec une teinte rose, il s’est élevé à 30 mètres environ, puis en parti vers l’ouest en devenant orange, bleu puis rouge jusqu’à n’être plus qu’un point. La « retraite » s’est passée si vite que la femme n’a eut le temps de s’assoir et de voir le point rouge qui s’éloignait.

Les témoins n’ont pas cherché de traces dans la neige.

Une habitante, Mme Michel vivant à 1 mile de l’incident (IKm 600) ont observé d’étranges traces dans la neige de leur jardin.    

 

Lire la suite

Observations des années folles (1920/1930)

Merci à A:S: Rosales qui nous communique ce texte.

« L’humanoïde oublié » et autres rencontres des années chantantes, les années  20.

Pendant ces temps turbulents entre les deux Guerres mondiales, directement avant le crash de Wall Street et le début de la Grande Dépression, il y a eu des rencontres avec ‘des étrangers’ peu connues et occultées.

                                  

Pour des raisons diverses, je soupçonne principalement la répugnance des témoins à parler et des souvenirs chaotiques de cette époque. Beaucoup de rencontres entre 1920 et 1929 ont été ignorées et peu documentées. Mais il y a le « cœur » des incidents mondiaux  qui allaient arriver dans un avenir proche.

J’essayerai de couvrir certains des incidents peu connus, rapportés pendant ce temps, non seulement des rencontres ‘humanoïdes’, mais aussi  d’autres événements très étranges. Lire la suite

Abduction

De l’ami J.M. ce texte 

 

En simplifiant au maximum le scénario des abductions, nous pouvons résumer en disant que la victime est « neutralisée », par une énergie que nous ignorons, elle est transportée ailleurs.

Cet ailleurs peut-être un OVNI ou un lieu indéfinissable.

Là, la victime voit des entités, et par le regard un contact à lieu. Corrado Malanga a relevé que le  nerf optique est le nerf le plus court du système nerveux et qu’il « traverse » la profondeur du cortex humain. Il est peut-être le moyen le plus intrusif pour « entrer » dans la conscience de l’humain.

Existe-t’il, comme le suggère J.Mack  une extension de la conscience après cette épreuve ??

L’abduction ne laisse aucune trace, aucune preuve qui contente les scientifiques trop orienté vers le monde matérialiste.  Mais le phénomène des synchronicités, par exemple, existe et aucune preuve ne vient le prouver si ce n’est les expériences quotidiennes des personnes à qui cela arrive.

Contrairement à ce que pensent les scientifiques, le monde, l’univers n’est pas uniquement matériel.

Il existe un échange entre notre univers et d’autres.  La réalité ne se limite pas à notre univers que l’on a jugé comme un matériau mort. De même l’énergie et l’information sont considérées comme sans vie.

La réalité est un mouvement migratoire entre plusieurs mondes, nous ne percevons que des informations. Elle ne se limite pas à la seule « vérité » de notre monde physique.

Si l’abduction crée une agitation, c’est qu’elle  est liée au phénomène OVNI qui laisse des traces bien matérielles, et que la constance des témoignages partout dans le monde pose un vrai problème.

Mais aucun abducté n’est revenu avec une trousse à outils fabriquée ailleurs.

 Cependant, ce que l’on appelle l’effet Oz,  un état modifié des capacités physiques et  de la conscience, prouve à chaque victime qu’il y a un effet physique. Elle doit reconnaitre que les entités qui procèdent  à son rapt sont réelles et possèdent une technologie, une intelligence qui nous dépasse.

Pour les scientifiques, accepter cela c’est admettre que nous sommes connectés à beaucoup plus que le monde physique, matériel.

La victime est confrontée à  une réalité qui dépasse l’entendement humain; il existe des énergies inconnues, des êtres d’ailleurs, et l’univers est beaucoup plus mystérieux et complexe que l’on imaginait.

Les abductions « donnent » suffisamment pour que l’abducté sache que cela est réel, mais pas assez  pour apporter une preuve au sens scientifique.

D’autres dimensions, d’autres espaces se manifestent dans la vie d’un individu. Il est normal d’être perturbé. Beaucoup moins que cela soit ignoré par la science académique. Et comment peut-on comprendre cela ???

Nous citons un scientifique anglais mandaté par la Royal society of science,  pour démontrer que le spiritisme était une grande farce il a dit « Je n’ai pas dit que c’était possible. J’ai dit que cela était réel »Image

L’heure de la nouvelle récolte est proche »

Je reprends sur le blog des amis de philosovni ce texte transmis par A.S.Rosalès

 

Lieu. Mayaguez, Porto Rico

 Date : 1934

Heure : matin,

Un jeune garçon Juan Rivera Feliberti, faisait voler un cerf-volant dans un champ à l’extérieur de la ville. Tout d’un coup il a senti quelque chose tirant sur le cerf-volant, en regardant en l’air, il pouvait voir une sphère  argentées, d’environ 20 m de diamètre. Un faisceau de lumière a été dirigé de la sphère vers le témoin.  Il a ensuite flotté vers le  haut et est entré dans la sphère par une ouverture sur le dessus.

Il a ensuite été emmené dans une autre pièce, ou une petite fille  lui montre une boîte qui a émis  des images. La petite fille a alors montré au témoin une petite boîte pleine de boutons colorés, lui  demandant  s’il voulait jouer avec elle. La jeune fille alors pressé quelques boutons sur le boîtier et tout à coup un nuage de fumée en spirale est sorti. La fumée a pris la forme d’une créature simiesque; bientôt plusieurs « singes » étaient sortis de la boîte.

La jeune fille a alors demandé Juan s’il voulait négocier le cerf-volant  contre la boîte et il a accepté.

Il a finalement été déposé à l’endroit même où il a été enlevé.  Il  s’est tordu une cheville dans l’action.

Selon Juan il a gardé la boîte étrange durant une longue période, et même  a diverti ses petits amis avec le « truc de singe. »

Curieusement, les adultes ne pouvaient pas voir les singes, seuls les enfants les voyaient. En fin de compte les singes lui ont causé de gros problèmes parce qu’il ne pouvait pas les contrôler et, plus tard, il a fini par enterrer la « machine » dans le sol d’une montagne voisine.

(Cependant, il estime que certains des singes, s’étaient échappés et sont probablement encore en itinérance de la brousse portoricaine.)

En plus tard  durant sa vie, Juan Rivera, eut d’autres expériences étranges, y compris des rencontres avec des femmes étrangères qui l’incitaient à faire l’amour avec elles. Il affirme également avoir reçu un message télépathique lors d’une de ses rencontres: «L’heure de la nouvelle récolte est proche. » Le sens  de cette phrase est incertain.

 

Addition de HC # 277

Source: Sebastian Robiou Lamarche, Manifeste Ovni en Puerto Rico

Santo Domingo Y Cuba

Transmis par A.S. Rosalès.

Nibiru ou marduk ???

Je ne suis pas un fan inconditionnel de la planète « Nibiru ». Tant d’arsouilles de tout acabit, ont déliré sur le net, à son sujet que je ne lisais plus ce que je considérais comme des délires.

 Ces  textes étaient emprunts, d’une sorte d’attente des « messies » ; une sorte de rédemptionnisme malsain, à défaut de le qualifier d’abject,  qui me rappelait trop la volonté de yaldabaoth.

 Ces prophètes du retour de Nibiru expliquent que l’on ne la voit pas car elle se situe exactement dans l’angle obscur du soleil. De plus ce serrait une naine noire avec un cortège de malheurs, de catastrophes, une sorte de sorcière cosmique.

Nous ne pouvons nier que le nombre de catastrophes climatiques, ou accidentelles de la plus grande importance arrivent en cette époque. Fukushima est de celles-là.

Le nombre de météores qui arrivent  dans l’atmosphère terrestre est important. En ce mois de septembre 2013, il en est dénombré plus de 400.

Le nombre de séismes dépassant l’amplitude 6+ sur l’échelle de Richter, est consternant.

 L’activité solaire est perturbée et les scientifiques semblent à cours d’explication.

 De ce faisceau d’indices graves, il faudrait en conclure que Nibiru arrive et que cette planète est la cause de ces drames.

 C’est aller vite en besogne.  Cela implique que nous ne devons rien attendre de notre terre, Gaïa. A laquelle, je pense nous sommes intimement lié.

Ce que R. Sheldrake nomme les champs morphiques des créatures vivant sur terre est, je le pense totalement solidaire du champ morphique de Gaïa ; la Sophia des Gnostiques.

 En espérant pour un grand nettoyage, ou une grande « rédemption », l’arrivée de Nibiru, c’est négliger le rôle primordial de notre connexion à Sophia.

 La force Christique n’existe que par elle.

(Voir les textes de J. Lash sur le site http://www.liberterre.fr/metahistoire/)

 Attendre Nibiru c’est nier cette  relation transcendantale, et rendre un « culte d’espérance » à yaldabaoth.

Le nom qu’il vous plaira est le bon ; Marduk, Yhwh, ou autre…   

Il est la face obscure  du plérome (la divinité déchue) qui fait  l’asservissement de l’espèce humaine.

Nibiru serait un leurre de plus ?? Leurre construit par  cette force orgueilleuse et délirante.

 Je ne le sais pas. Je remarque des dates que l’on dit nodales. 

Nibiru reviendrait tous les 3.600 ans.  Sans compétences astronomiques je ne puis me prononcer.

 Cependant, je constate que le livre qui nous conte une partie de l’histoire mythologique de l’humanité (une infime partie), parle de l’exode des Juifs de l’Egypte antique. Fait qui n’a aucun fondement historique, mais que quelques historiens situent vers -1.800 ans avant l’ère commune.

 Cet exode des Hébreux, est mené par un homme Moïse.

 Moïse serra  l’interlocuteur privilégié de yaldabaoth (ou marduk, ou yhwh).

 Après lui plus aucun homme ne pourra avoir de contact avec « ce dieu ».

Si nous ne sommes pas tatillons sur les dates  en additionnant les -1800 (approximatif)  de l’exode biblique et notre calendrier (2013) nous obtenons sensiblement cette date de 3.600 ans.

 Si cela est vrai, l’incarnation du mal sera de plus en plus grande.  Les drames et les malheurs, forme nouvelle des pestes et épidémies antiques, viendront nombreux afin que l’humanité se tourne vers un « sauveur ». Le culte rédemptionniste reprendra vigueur sous une forme inédite.  Le danger sera là, il interfèrera avec la relation que nous devons mener avec Gaïa-Sophia.