Permanences des lieux d’observation.

Il y a quelques mois, Philippe m’a fait parvenir un petit ouvrage rédigé par Claude Rifat. (Décédé à ce jour)

Source: http://www.forum-ovni-ufologie.com/t10930-ovni-une-etude-rationnelle-par-claude-rifat#ixzz2mif5Daji

Je ne partage pas toutes les analyses, ni les propositions de ce chercheur, cependant en relisant certains passages de cette étude, je me suis intéressé aux lieux d’observations d’OVNIs, qu’il suppose être des lieux de « manœuvres », de travaux réalisés sciemment par l’intelligence qui dirige les OVNIs.

 Cette proposition est novatrice, pourtant négligée.

J’ai pris les tableaux du site http://baseovnifrance.free.fr/ pour les départements que je connais le mieux. (Gard, Hérault, Ardèche)

Les observations d’OVNIs et principalement les atterrissages, les observations d’entités (En supposant que ces observations d’humanoïdes impliquent un atterrissage à proximité du lieu de leur rencontre), se font pour ces 3 départements de 62 à 64% dans des espaces géographiques proches les uns des autres.

Je ne me suis pas intéressé aux dates mais aux lieux.

Dans les départements de l’Hérault, du Gard, de l’Ardèche, les lieux d’observations sont « regroupés » en des zones de 10 à 15 Km2.

Les dates n’ont pas été prises en considération, uniquement le lieu. Sachant que les enquêteurs, les rapporteurs de ces observations ne connaissent pas parfaitement le découpage géographique des cantons, des départements français. Certaines observations faites dans un département sont limitrophes de quelques dizaines de mètres d’un autre.

Pour d’autres, la trop grande précision fait qu’un hameau est nommé, et qu’il se trouve à quelques hectomètres d’une ville plus connues, plus facilement repérable sur une carte.

 Il apparait que 38 à 36% des atterrissages, et des observations  semblent « distribués » de façon aléatoire, loin d’un « groupement ». Mais le sont-ils vraiment ?

Il y a ce pourcentage non négligeable de 62 à64 % d’observations, qui se situent sur des périmètres restreints, je n’envisage pas du tout qu’il puisse s’agir de vortex, du genre « Stargate ».

 En prenant  quelques autres départements, le pourcentage est plus élevé, pour d’autre, comme le Finistère  quasi inexistant.

Si dans le temps les OVNIs se posent, sont observés, en des endroits extrêmement proches, je rejoins l’hypothèse de Claude Rifat ; ces lieux sont peut-être des « chantiers » que les intelligences qui pilotent les OVNIs poursuivent dans le temps.

 Cette hypothèse implique, aussi que l’on peut observer un OVNI en un lieu et qu’il n’est pas vu à  quelques encablures. Cela signifierait que l’ »engin » se matérialise le temps de son « travail » et disparait ensuite. Durant son passage, son apparition, il ferait l’œuvre ; partie du chantier,  pour laquelle il est présent. Lire la suite

Publicités