Un autre univers

Les champs morphiques, sont connus de la physique. Ce sont des régions d’influence non matérielles existant dans l’espace et dans le temps. Quand un système organisé individuel cesse d’exister – lorsqu’un atome est désintégré, qu’un flocon de neige fond ou qu’un animal meurt – son champ organisateur disparaît du lieu spécifique où il existait. Mais dans un autre sens, les champs morphiques ne disparaissent pas ce sont des schèmes (des logiciels sans supports) d’influence organisateurs potentiels, susceptibles de se manifester à nouveau, en d’autres temps, en d’autres lieux, partout où et à chaque fois que, les conditions physiques sont appropriées.

De sorte qu’il existe un champ morphique pour chaque espèce, sa mémoire est nommée résonnance morphique par R. Sheldrake.

Chacun étant imbriqués aux autres comme des tables gigognes.

Un exemple simple est celui de nos contacts avec les animaux ; nous comprenons nos animaux de compagnie, nous pouvons anticiper leurs actions.

Nous comprenons les déplacements, les modes de vie des animaux sauvages.

Nos champs morphiques sont liés aux champs morphiques des animaux.

John Lash pense que l’ensemble de ces champs morphiques, participent à la construction du circuit de mémoire de Gaïa. (Voir le site liberterre rubrique métahistory)

En lisant les témoignages des personnes qui ont pu observer des OVNIs de près, ou ont vu des humanoïdes, on constate qu’ils vivent une interrogation souvent angoissante.

Le phénomène est matériel, massif, silencieux, impressionnant. De la puissance démesurée qu’il impose, il «écrase » l’homme.

Le témoin involontaire d’une rencontre avec des humanoïdes, est marqué à jamais. Sans négliger les éventuelles conséquences physiques ; sommeil, nausées, etc…

Dans les deux cas ce qui semble marquer les témoins est l’absence de partage. Les OVNIs font « une interférence » dans notre univers, les humains ne peuvent comprendre ce qu’ils observent.

Les étrangers et les humains ne partagent aucuns champs morphiques.

Il y a durant un temps plus ou moins long deux « univers » qui se rencontrent sans se mêler.

Ils se « frôlent » par la volonté des étrangers qui sont alors des agresseurs furtifs.

L’humain se trouve devant un vide immense d’incompréhension générateur de doute et de crainte.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s