Que sont les observations d’OVNI

                ufo1

Lorsque nous avons ce type de photographie à priori vraie, il semble évident que nous sommes en face d’un objet bien matériel qui évolue dans notre ciel.

Cela implique une structure matérielle, peut-être métallique, possédant un système de propulsion que nous ignorons, et dont nous ne pouvons rien soupçonner.

Ce type d’engin faisait partie d’une « même famille » de formes, souvent observées durant les années 1947 à 1980, jusqu’arrive en 1989, la « vague belge ».

Bien qu’il existe des observations d’OVNI triangle antérieures, c’est lors de la vague belge que ce type d’OVNI est apparu abondamment.

Il est des incrédules, peut-être légitimes, qui réfutent les observations nombreuses de cette période.

Les premiers observateurs ont été des gendarmes belges, des échos radar ont été captés, une profusion d’observations, de constatations.

Certains ont voulus y voir des expérimentations du mythique TR3B. Depuis que sa légende court sur internet, il est complètement obsolète.

De plus ce débat est inutile.

Il est à remarquer ; si les traditionnelles « soucoupes volantes » ont put être photographiées, je ne connais pas de photographie sérieuse d’un OVNI ayant la forme de triangle. Il existe de nombreuses reconstitutions de témoignages qui sont très bien dessinées, pas de photo.

http://lesconfins.com/craponne.pdf

Depuis les années 80 les appareils photo ne fonctionnent pas à proximité des OVNI (on peut accuser le blocage des mécanismes électriques interne à l’appareil, comme cela survient pour les moteurs de voitures à proximité d’OVNI), parfois c’est l’opérateur qui perd ses « capacités » à réagir. Bref il existe peut-être une sorte de consigne « galactique » ; plus de photos.

Il y a de nombreuses vidéos sur lesquelles nous pouvons observer des « lumières » formant un triangle isocèle ou équilatéral, mais la structure n’est jamais visible. De la sorte il est impossible de savoir s’il s’agit d’un « vol » groupé de trois engins ou d’un seul ayant à ses sommets des luminescences.

Lire la suite

Les voisins d’ailleurs

Le site http://ufologie.patrickgross.org/ce3/indexf.htm propose un catalogue de faits étranges, fortéens.

Dans celui ci plusieurs amis dans la « foulée » de J.Vallée offre plusieurs récits intéressant pour ceux qui pensent que l’approche du phénomène OVNI est aussi une approche d’un phénomène d’une dimension différente à la notre.

Voici un court extrait et l’adresse du site de P. Gross

W. Y. EVANS-WENTZ:

 

Le folkloriste avait noté dans un de ses livres sur les mythes des fées et farfadets:

D’un autre de mes camarades étudiants à Oxford, un Irlandais natif du comté de Kerry, je dois la preuve suivante…

« Quelques semaines avant Noël 1910, à minuit dans une nuit très sombre, moi et un autre jeune homme (qui comme moi avait alors environ vingt trois ans) étions à cheval sur notre chemin vers la maison à Limerick. Quand nous sommes arrivés près de Listowel, nous avons remarqué une lumière à environ un demi mile en avant. D’abord, cela nous a semblé pouvoir n’être rien de plus que la lumière dans quelque maison; mais pendant que nous nous rapprochions d’elle et qu’elle sortait de notre ligne de vision, nous avons vu qu’elle se déplaçait de haut en bas, en avant et en arrière, diminuant jusqu’à la taille d’une étincelle, augmentant ensuite en une flamme lumineuse jaune. »

« Avant que nous soyons arrivés à Listowel, nous avons remarqué deux lumières, à environ cent mètres vers notre droite, ressemblant à la lumière vue en premier. Soudainement, chacune de ces lumières a augmenté dans la même sorte de flamme lumineuse jaune, d’environ six pieds de haut par quatre pieds de large. Au milieu de chaque flamme, nous avons vu un être rayonnant ayant une forme humaine. A ce moment les lumières se sont déplacées l’une vers l’autre et sont entrées en contact, sur quoi nous avons vu les deux êtres qui étaient dedans marcher côte à côte. Les corps de ces êtres étaient constitués par un rayonnement pur purement lumineux, blanc comme la lumière du soleil, et beaucoup plus lumineux que la lumière ou le halo jaune les entourant. C’était tellement brillant, comme un halo, autour de leurs têtes, que nous ne pourrions pas distinguer les visages des êtres; nous pouvions seulement distinguer la forme générale de leurs corps; bien que le contour de leurs têtes aient été très clairement évident à cause de ce halo brillant, ce qui était la lumière la plus lumineuse sur eux, a semblé rayonner depuis ou reposer sur la tête de chacun d’eux. »

« Pendant que nous nous déplacions, une maison a été interposée entre nous et les lumières, et nous n’avons plus rien vu d’elles. C’était la première fois que nous avions jamais vu de tels phénomènes, et dans notre hâte d’arriver à la maison nous n’avons pas été assez sages pour nous arrêter et faire davantage d’examen. Mais depuis cette nuit, j’ai fréquemment vu, en Irlande et en Angleterre, des lumières semblables avec des êtres spirituels dedans. » (Cf. pp. 60 ff., 77, 133, 155, 215, 483.)

http://ufologie.patrickgross.org/ce3/indexf.htm

Les « étrangers » demandent de l’eau.

Emplacement. Butzbach, Hessen  Allemagne 1980

Date: le 23 mars 1980

Heure: 3h20.

Le propriétaire  d’une auberge forestière,  a été éveillé  dans la nuit  par les aboiements incessants de ses chiens. Quand il a ouvert la porte, deux hommes portant des costumes argentés étaient debout devant la porte, ils ont alors demandé au témoin, un verre d’eau. Ils parlaient un Allemand parfait. Le témoin a remarqué que leurs caractéristiques faciales étaient presque identiques chez l’un et l’autre. La peau légèrement bronzée, les cheveux bruns, la tête nue. Il a alors accompagné les deux hommes vers la salle à manger et leur a demandé d’attendre au comptoir. Il a été chercher une bouteille d’eau minérale. Comme il allait  chercher l’eau, il a entendu les deux étrangers parler dans une langue inconnue. Les hommes ont bu l’eau, remercié l’aubergiste et ensuite ils ont promis de revenir dans quatre mois. Le témoin a alors observé les hommes traverser la cour de l’auberge, vers un champ voisin. Là, il a pu voir un très grand objet plat qui brillait d’une lumière éblouissante. Ceci l’a choqué, Il a couru au téléphone et a appelé la police. Quand il est revenu à la porte il a observé l’objet en forme de disque s’envoler verticalement, émettant un bourdonnant et partir au loin à une vitesse incroyable. Quand la police est arrivée l’objet était déjà parti, mais a constaté que l’homme  était  absolument sobre et nerveux.

 

HC complément(addition) * 206

Source : Ulrich Magin et OVNI sur l’Allemagne, Michael Hesemann 1997

 

Ce texte d’A. Rosalès est étonnant.

Deux « étrangers» quasi clonés qui viennent de nuit demander un verre d’eau à un aubergiste.

Faire, peut-être, un voyage dans le temps ou dans l’espace pour un verre d’eau, voilà qui est étonnant.

Ils parlent l’Allemand ; serait ce une expérience militaire ?

Le côté absurde de la demande m’incite plutôt à penser qu’ils sont bien « d’ailleurs ».

Dans les contacts avec les « étrangers » l’aspect  absurde des demandes ou des réponses est souvent une constante.

L’attitude des chiens est aussi à regarder. Ils ne sont pas terrorisés, ils remplissent juste leur rôle de gardien.

Voyage ailleurs

Lieu. Rostov-Don, Russie

Date: le 14 janvier 1978264639_7052matrix2

Heure: 6h00.

Trois hommes âgés de 18 ans, Mikhail Babkin, Nikolay Leontyev et Vitaliy Kravchenko étaient dans une pièce du complexe sportif local « Oktyabryonok ». Ils avaient célébré le passage de la Nouvelle année avec du champagne, des bains de vapeur dans le sauna et la piscine, ainsi qu’un repas avec de la vodka.

À 06h00 le gardien a proposé que les jeunes hommes rentrent chez eux et les a accompagné vers la sortie arrière du bâtiment, par un long couloir aux murs de béton sans fenêtres. Le couloir était au sous sol  des bâtiments. Ils marchaient dans le couloir l’un derrière l’autre en suivant le gardien. Le couloir était très étroit. Soudain Mikhail a semblé »partir », malgré l’absence de trou ou de cavité dans le couloir étroit. Cependant la jambe gauche de Babkin s’enfonçait dans une sorte « de trou ». Il a crié et Leontyev  s’est tourné stupéfait. Il n’en croyait pas ses yeux quand il a vu l’épaule de Babkin pénétré dans le mur de béton et en un instant  le corps entier de Babkin a disparu, se dissolvant apparemment dans le mur (!).

Les témoins abasourdis ont commencé à examiner de leurs mains cherchant dans le mur n’importe quelles portes ou crevasses, mais leurs mains touchaient seulement le béton.

Mikhail a dit plus tard à ses amis qu’il était entré dans une pièce petite et sombre. À sa gauche il pouvait voir des objets, qui semblaient destiné à un examen médical.

Par une fenêtre il pouvait voir des cimes d’arbres entièrement couvertes  de feuilles vertes , elles étaient agités par un vent fort.

Babkin a été stupéfié, il était au milieu de l’hiver, mais à l’extérieur de cette « fenêtre » il voyait la lumière du jour en été.

Durant quelques secondes il a marché dans un couloir souterrain et ici il regardait une quatrième strate de « vie » .Comme dans une transe Babkin s’est déplacé vers une porte légèrement ouverte et poussée, elle s’est  ouverte. Il est entré dans la pièce, elle était obscure. Il y avait une « plate-forme » ronde au  plafond qui  émettait une lumière faible. Il n’y avait aucune fenêtre dans cette pièce. Une sorte de « chaise médicale » était près du mur. Il s’est senti très étourdi et s’est déplacé comme un robot, il a marché en avant et a ouvert une autre porte marchant dans la pièce  plus étrange encore. Il y avait quelques zones brillantes visibles dans l’obscurité noire d’encre. Les lumières ont semblé avoir un pouvoir  hypnotique  qui influençait Babkin. Il est devenu engourdi, incapable de regarder loin des lumières. Soudainement il a remarqué que plusieurs humanoïdes noirs sont apparus devant lui, faiblement éclairé par des patches émettant de lumière pulsante. Leurs responsables sont apparus de forme rectangulaire. Ils étaient cinq, debout immobile devant lui. Un des humanoïdes, debout devant lui était légèrement bossu, il a semblé marcher vers une sorte de dispositif qui a « dégagé » la lumière. Le dispositif n’était pas grand, ressemblant « à un épi de maïs » avec une fine pointe, qui a été dirigée directement vers  Babkin. De l’objet a émané une lumière très brillante mais étrangement, n’a pas illuminé les environs. Babkin a alors entendu une voix masculine à l’intérieur de sa tête, la voix a dit, « Ceci Nécessaire « . Cette expression a effrayé Babkin, terriblement. Il s’est rendu compte qu’avec la clarté assourdissante que c’était sa mémoire qui allait être effacée. Horrifié, Babkin a tenté de « briser » son état embarrassé et est venue à aller vers la porte, ila brusquement sauté en arrière. Il est arrivé  dans le couloir du complexe sportif, criant des remarques inintelligibles. Il a entendu une porte fermée derrière lui avec un claquement fort, quand il s’est retourné la porte est partie. Ses amis l’avaient cherché pour environ une heure,  cherchant dans tout le complexe dans le désespoir complet. Mais selon Babkin il s’était passé seulement cinq minutes dans cet autre monde parallèle étrange.

HC addendum

Source : X-Libri OVNI, la Russie, Alexey K. Priyma « Mondes Inconnus » Type de 1996 : G

Commentaires de A.S.Rosalès. : Il que semble Babkin ait momentanément marché dans une sorte d’univers parallèle et soit en effet chanceux d’avoir pu revenir.

Albert Rosalès.

Témoins oubliés

Il est des témoins d’observations d’OVNIs ou de RR3 qui ne sont jamais entendu.

Il est vrai que nous ne comprenons pas leur façon de s’exprimer.

Ces témoins sont les animaux de compagnie : Je ne connais pas de rapport d’observation, pour laquelle il serait rapporté l’attitude d’un chat, mais de nombreux  rapports signalent l’attitude des chiens avant, de voir, plutôt d’être en présence d’un OVNI, puis leur attitude durant l’observation.

Dans le livre de C : Bowen « the Humanoïds », décrit le cas d’Everett Clark de Dante (Tennessee), le 6/11/1957 à 6h30 le matin.

Son chien ainsi que d’autres se tenaient près de 4 humanoïdes ; deux hommes, deux femmes, semblables aux humains. A priori sans agressivité et plus ou moins curieux. Un chien a grogné lorsque les entités ont voulu l’attraper, un autre s’est éloigné, lors d’une même tentative d’un autre humanoïdes.

La plupart des rapports signalent une attitude de méfiance et « d’agressivité potentielle » lorsque les chiens sont confrontés à la présence d’un ovni.

Ce même jour du 06/11/1957 mais à Everittstown, dans le New Jersey, le témoin se trouva en présence d’humanoïdes haut de 90 centimètre qui voulaient emporter son chien. En colère, il les menaça. Ils partirent.

Il n’est pas mentionner que le chien a eut une attitude agressive, ou méfiante.

Il est à remarquer que le même jour un témoin se nomme Everitt,  et le second témoignage se passe à Everitt-stown.

Le témoignage de R.C. (Gard, France) qui a déclaré que ses chiens grognaient pour sortir de la maison, une fois dehors ils ont été trouvé les étrangers, joyeux de les rencontrer.

Dans ce récit trouvé sur le site de B.Booth, les chiens ont une conduite anormale.

http://ufos.about.com/od/currentuforeports/a/floridapoliceman.htm

Sur la base de données de B.Booth ; nous trouvons de nombreux témoignages qui mentionnent l’attitude  des chiens. Dans le cas suivant, le chien veut attaquer un OVNI, puis s’arrête hurle à la mort. Dans les jours qui suivent, il dépérit, puis est retrouvé mort, à l’endroit ou il s’était arrêté pour hurler.

http://ufos.about.com/od/march2013/a/Uruguay-Physical-Trace-Case.htm

Dans l’étrange cas du 10/11/2005 a Porto Rico, le chien semble avoir été « anesthésié » par les petites entités.

Il est aussi des témoignages qui rapportent que les chiens perçoivent la présence d’un OVNI avant que l’humain le voit.

Dans le cas suivant, le chien perçoit une présence, et le témoin un jeune garçon ne voit rien.

http://ufos.about.com/od/ufos2012feb/a/New-York-Encounter-2008.htm

Dans le cas de Mac Guire (N.J.) en 1983, les 2  chiens du témoin ont « senti » la présence de l’OVNI avant que le témoin ne l’observe plusieurs minutes plus tard. Mais ils ont eu une attitude étrange, le témoin dit qu’ils ont réagit comme s’ils ne comprenaient pas ce qui se passait.

 

Les attitudes des chiens le plus souvent sont des attitudes « normales » ; grogner pour indiquer un danger possible, puis se mettre en situation de se défendre ; les poils hérissés, mais rapidement vient une attitude de repli.

Comme si les animaux percevaient la présence intruse, puis que celle-ci par une sorte de « volonté » neutralisait l’animal en lui faisant peur.

Il est à remarquer, dans certains cas, que le chien peut avoir comme les humains des séquelles physiques, soif, nausées, besoin de dormir, ….

A la fin de son livre ; Passeport pour Magonia, J.Vallée   cite plusieurs témoignage impliquant des chiens.

Le 1/10/1954, un homme vivant à Bry (59), et son chien ont été paralysés par un objet lumineux blanc qui a plongé vers eux puis s’est élevé.

Le 04/10/1954 à Chaleix (24), un cultivateur voit se poser un objet de la taille d’une  charrette. L’objet posé dans le champ, le témoin voit une porte s’ouvrir deux individus de type humains vêtus de kaki s’approchent de lui. Il ne comprend pas ce que disent ces deux entités, qui caressent le chien accompagnant le cultivateur, puis s’en vont rapidement.

Le 15/10/1954, près de Perpignan (66), un homme âgé de 54 ans se promenait avec ses chiens. Une sphère lumineuse, rouge atterrit à 30 mètres de lui. Un « scaphandrier », en est sorti, il a fait le tour de l’engin, remonta à bord. L’engin a décollé. Durant ce temps, les chiens ont aboyés.

Le 17/10/1954, un homme de 65 ans vivant à Cabasson dans le Var, vit à 40 mètres de lui un objet gris de 4 mètres de long et de 1 mètre de haut. Au sommet de l’engin un dôme dans lequel le témoin observa deux silhouettes. Le témoin s’est enfuit, le chien qui l’accompagnait a couru vers l’engin, mais il a rapidement battu en retraite, avançant avec difficultés comme partiellement paralysé

Le petit peuple

Albert Rosalès m’a confié deux récits de rencontres avec des entités très petites. Albert a intitulé ses deux récits « rencontre avec un lutin ».

Ces deux récits très récents font échos aux travaux de Walter Evans Wentz, très largement utilisé par J.Vallée dans son livre « Passport to Magonia »  et le suivant « Chroniques d’une autre dimension ».

Les rencontres avec « le petit peuple » semblait désuètes, depuis  les rencontres avec d’autres humanoïdes, et pourtant.

1/      Emplacement. Le Maryland (emplacement exact confidentiel)822448_87079924 leprechaun

Date: le 11 octobre 2007

Heure: petit matin

Le témoin âgé de 51 ans était  au lit  quand il a été éveillé par le fait étrange, d’avoir  le sentiment que quelqu’un le regardait fixement. Le sentiment était précis  et réel.

Il a entr’ouvert les yeux. Allongé sur son lit, il a vu  à presque 60 centimètres de lui une « personne » minuscule d’environ 25 à 30 centimètres. Il a rapidement fermé les yeux, pensant qu’il s’agissait d’une sorte d’hallucination induite par le réveil. Il était curieux, mais surtout incrédule. Il a décidé de rouvrir les yeux de nouveau, mais pas trop pour voir qui le regardait sans effrayer la petite entité. Il a pensé qu’elle  pourrait avoir peur de lui. Il a retenu son souffle et, a simulé le  sommeil. Il a ouvert les yeux,  un peu plus cette fois, et est parvenu à  mieux distinguer. Il a de nouveau fermé rapidement les yeux. La petite personne l’observait toujours attentivement, avec une expression semblable à quelqu’un observant un animal dans un zoo.

La petite personne mesurait environ 20 centimètres; ce n’était pas facile d’évaluer exactement. Il était assis en tailleur regardait directement à le témoin. Le témoin certain qu’il avait des hallucinations  a  décidé d’ouvrir grand les yeux persuadé que l’hallucination  serait partie. Il a arrêté de simuler le sommeil, il était éveillé, les yeux grands ouvert. À sa stupéfaction « il » était toujours là. Ils se sont regardés pendant un long moment, peut-être 5 à 10 secondes. La petite personne avait une apparence très humaine, sauf ses yeux  qui étaient légèrement plus  grand par rapport à la proposition de  sa taille. Il avait des cheveux châtains épais, avec une sorte de coupe « au  bol ».

Il a portait une veste brun foncé et un pantalon vert foncé. Il y avait quelque chose d’un peu archaïque de la coupe de sa veste.

Il avait des grands revers ajoutés et une rangée double de boutons. Il ne pouvait pas dire si « c’était masculin ou féminin ». Il semblait mâle avec une structure faciale légèrement efféminée, ou une entité féminine avec une structure faciale légèrement masculine. Il a compris qu’il effrayait le témoin et a voulu exprimé qu’il était une personne paisible et ne  voulait aucun mal.

Il a voulu essayer et d’engager la conversation.

Sa curiosité était très forte. Il a ouvert les yeux pour la quatrième fois mais le personnage  était  parti. Le témoin a fouillé dans la chambre, pendant plusieurs minutes. Le témoin a dit, « Ma perception de la supériorité technologique du genre humain a été brisée ».

A.S.Rosalès.

Source: Direct communications from witness via confidential email also in: http://www.alien-ufos.com/ forum.

 

2/  

Rencontre avec un  lutin :

 

Emplacement. Canyon de Ruisseau de Roche(Rock),  Colorado

Date: le 6 septembre 1989 Temps : 10h00.

Le chasseur à l’arc Juan Maestas traquait tranquillement un troupeau de jeune élan en montée dans une zone boisée quand il a entendu une branche craquant à sa gauche, il était  sur les traces des élans. Il a tourné ses yeux pour regarder la source du bruit et a été abasourdi de voir « un petit type laid, gras, d’environ 3 pieds, » (90 cm) qui s’est tourné au même instant et l’a regardé fixement. Le petit homme était  à environ 50 pieds (15 mètres) de distance à côté d’un grand pin.

Comme  il a plissé les yeux, Maestas a pu discerner le front ridé du petit homme ; visage rasé de près et peau rose. Il portait ce qui a semblé être des bleus de travail verts avec des bretelles et un chapeau négligé au sommet aplati. Ses cheveux étaient rougeâtres et étaient gluants sous la casquette. Il avait de petits yeux qui semblaient  rouges, injectés de sang. Le petit homme a sourit à Maestas et s’est soudainement précipité derrière un arbre. Maestas à rapidement couru à la l’endroit ou il avait vu le petit homme, mais il avait totalement disparu.

Deux semaines plus tôt, très proche de ce même emplacement, une famille de cinq personnes participant à un pique-nique avait été témoin de l’observation de la même entité ou une autre très semblable très semblable qui était aussi vétue de bleus de travail verts et d’un  chapeau.

 

HC complément(addition) * 3236

Source : Christopher O’Brien, Entrez dans le Type de Vallée : E

Commentaires A.S. Rosalès : Vous me dites, ‘ qu’un Lutin fait-il dans le Colorado en 1989 ? « 

Censure ?

Est-ce une forme de censure ou d’incompréhension ?

                                                                                                                                       

Le 18 mars 2013, R.Sheldrake et  G. Hancock ont publié une réponse à la décision du TEDx de Bruxelles de les exclure de leur « canal Youtube ».

Sheldrake a été recalé car il s’en est pris de façon un peu provocante aux scientifiques matérialistes. Ceux-ci ne rejetant pas sa théorie des résonnances morphiques, mais mettent en doute la réalité des expériences menées pour étayer cette hypothèse.

Hancock lui a été franchement taclé. Il réfute les allégations de TED ; Ce que je dis (entre 1 min 06 secondes et 1 min 54 secondes), c’est que certains scientifiques au cours des trente dernières années ont soulevé une possibilité intrigante – l’accent sur les possibilités – qui est que l’exploration des états altérés de la conscience, dans lequel les plantes psychédéliques ont été mis en cause, était fondamentale à l’émergence dans la conscience pleinement symbolique témoigne le grand art de la grotte.

Lui aussi, comme Sheldrake critique la position réactionnaire et réductrice des scientifiques matérialistes.

Voici le lien pour lire les motifs de TED et les réponses des deux scientifiques.

http://blog.ted.com/2013/03/14/open-for-discussion-graham-hancock-and-rupert-sheldrake/

Je pense que ces domaines de la conscience sont encore tabous dans les milieux scientifiques.

Lorsque Strassman a fait les expériences d’utilisation de DMT, avec des sujets volontaires, il est arrivé à une conclusion différente de celle qu’il imaginait.

Ses expériences l’ont amené à assimiler les états de conscience modifiés par la DMT à des abductions étrangères.

Ensuite il a été la cible d’une campagne de dénigrement la plus funeste. Elle laisse encore des traces sur le net.

http://rickstrassman.com/

Le sujet de la conscience est vraiment tabou.

Comment alors s’étonner que peu de scientifiques s’intéressent  aux abductions ?

Car il semble évident que les récits d’abductions présentent des similitudes avec ces états modifiés de conscience dont certains « imprudents » osent parler.

Ce que l’on nomme l’effet « oz » est peut-être un état modifié de perception. Lors de ce laps de temps le témoin ou la victime est-il encore dans « notre univers » ou dans celui des étrangers ?

 

Les souvenirs qui reviennent épisodiquement indiquent une sorte de conscience dissimulée, « trafiquée ». Comment pourquoi ?

Existe-t’il des similitudes entre les ondes cérébrales de chaque victimes qui revit son rapt sous hypnose ? Personne n’a mesuré.

Nous pourrions multiplier les exemples inutilement.

La difficulté n’est pas que la science ignore ces phénomènes. Mais elle refuse de les regarder car ils mettent à bas les dogmes établis.